Accueil Glossaire Violences policières

Violences policières

Les émeutes de Stonewall qui ont eu lieu en 1969 à New York ont été provoquées par une répression policière quotidienne extrêmement violente à l’encontre des personnes homos et trans qui se réunissaient dans des bars clandestins, beaucoup d’entre elles étant des personnes racisées. C’est en hommage à ces émeutes, qui ont permis de visibiliser les luttes des personnes homos et trans, que tous les derniers week-ends du mois de juin ont lieu des Marches des Fiertés ou Prides dans le monde.
Les violences policières et la répression quotidienne sont aussi une réalité en France, encore aujourd’hui, notamment avec les contrôles au faciès, pour lesquels l’État français a été condamné pour discrimination. Différents collectifs en France dénoncent l’impunité des violences policières dans le cas de meurtres de nombreuses personnes racisées, et des experts de l’ONU envoient de nombreux rappels à la France pour ses dérives.
D’après le rapport de l’Association des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT), “ces cinq dernières années, on compte en moyenne un décès par mois” liés à des interventions de police sur des personnes non-blanches.
« Par ailleurs, certaines franges de la population faisant partie de ce que le sociologue Fabien Jobard nomme la “clientèle policière” constituent des catégories surreprésentées parmi les victimes de violences policières : étrangers ou personnes issues de minorités visibles, jeunes issus de quartiers populaires, manifestants, etc. Dans les situations examinées par l’ACAT, les victimes sont là aussi le plus souvent des jeunes et des personnes issues de minorités visibles […] Sur les 26 décès survenus dans le cadre d’opérations de police ou  de  gendarmerie  et  examinés  par  l’ACAT,  au  moins  22  concernaient  des  personnes issues de minorités visibles. »